Composter / Les déchets verts

Toutes les matières végétales peuvent se transformer en humus et en sels minéraux, essentiels pour le bien-être du sol et des plantes qui y poussent.

Pour bénéficier de cette transformation au potager, le jardinier a deux solutions simples : le compostage et le paillage.

Le compost et le paillage sont de grands consommateurs de déchets végétaux. Tout y passe !

paillage
A SAVOIR : la réalisation du compost demande un peu plus de travail et d'attention que l'installation d'un paillis.
Et selon Denis Pépin, auteur de Composts et paillis - Pour un jardin sain, facile et productif, "en moyenne, une heure passée à préparer les déchets verts et à pailler son jardin permet de gagner ensuite 8 à 10 heures dans l'entretien du jardin".

Le calcul est simple : paillez au maximum avec les déchets verts et compostez le reste pour nourrir les légumes les plus gourmands.

Les déchets tendres

feuillages des légumes, tontes de pelouse, feuilles mortes, mauvaises herbes sans graines...

Du fait de leur décomposition rapide (quelques semaines), ils sont valorisés facilement dans le tas de compost...

Mais, lorsque ces déchets arrivent en grandes quantités, comme c'est souvent le cas pour les tontes de pelouse entre les mois d'avril et de juin, d'autres solutions s'offrent à vous :
  • Si vous possédez une tondeuse-mulcheuse (qui coupe très finement), enlevez le panier et laissez sur place la coupe. Elle se décomposera et enrichira le sol
  • Fraîches, répartissez-les en fine couche entre les rangs de légumes. Cela formera un paillis léger, qui en se décomposant rapidement apportera de l'azote à vos cultures
  • Sèches, servez-vous-en comme paillis, plus épais, qui restera en place plus longtemps. Pour faire sécher les tontes, formez des andins de petite épaisseur et patientez quelques jours
  • Autre solution : mélangez les tontes fraîches avec les végétaux du compost de déchets coriaces (voir plus bas), cela donnera un coup de pouce à sa maturation
Les feuilles mortes, à l'automne, posent le même problème que les tontes de pelouse. Arrivant en nombre, le composteur ne peut pas les recevoir toutes. Il est, là aussi, possible de s'en servir comme paillis, émiettées avec la tondeuse et réparties au pied des cultures encore en place ou bien en couche épaisse, sur les planches libérées du potager ; elles auront tout l'hiver pour se dégrader et faire de l'humus, tout en empêchant la prolifération des mauvaises herbes.

Autre solution : faites un terreau de feuilles. Restes de légumes, fleurs fanées... les autres déchets tendres peuvent aussi être utilisés comme paillis, même s'ils ne sont pas toujours esthétiques : coupez-les en morceau et mélangez les aux tontes sèches ou à de la paille.


Les déchets plus coriaces

comme les branchages, les racines ou bien les feuilles dures

Plus longs à se dégrader, utilisez-les comme paillis pour les cultures vivaces ou qui restent longtemps en place : fraisiers, courges...
Vous pouvez également les composter. Pour cela, faites un tas spécial, à part, que vous utiliserez au bout de deux ans.

Conseil : pour accélérer la décomposition des déchets coriaces, coupez-les en morceaux ou broyez-les à l'aide du sécateur, de la tondeuse ou d'un broyeur (notamment pour obtenir du BRF).

Certains déchets, comme les coques de noix ou les pommes de pin sont vraiment très longs à se décomposer. Ils ne conviennent donc pas pour le potager, même sous forme de paillis. La solution est de les installer dans les massifs, au pied des vivaces. Ils maintiendront le sol frais et empêcheront les mauvaises herbes de s'installer pour plusieurs années.

Compost'Action vous propose d'acquérir davantage de connaissances sur ce sujet lors de ses formations, conférences ou ateliers.
>>> CONTACTEZ-NOUS

09 83 33 53 47
info@compostaction.org